Création et Organisation

CRÉATION DE L’INSTITUT ET ORGANISATION DU PLAN D’ÉTUDES1

Les Séminaires théologiques on eu un grand retentissement auprès de l’Église orthodoxe et du monde chrétien occidental. Ils sont ainsi ouvert au Centre de nouvelles perspectives institutionnelles pour développer des activités académiques. Lorsque la législation suisse sur l’enseignement supérieur a permis de réaliser l’idée des études post-licence en collaboration avec des établissements éducatifs supérieurs, le métropolite Damaskinos de Suisse, à l’époque directeur du Centre, a entamé les démarches nécessaires avec l’encouragement du Patriarcat œcuménique. Grâce à ses efforts soutenus, il a aussi obtenu (1996) du Ministère grec de l’éducation et des cultes de pouvoir créer l’Institut d’Études Supérieures en Théologie Orthodoxe fonctionnant auprès de Centre orthodoxe (loi 2413/1996).

Dans ce contexte, l’Institut a pu conclure une Convention tripartite avec la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg (catholique romaine) et la Faculté autonome de théologie protestante de l’Université de Genève. Ce document précise les conditions de collaboration académique avec lesdites Facultés pour élaborer un programme d’études supérieures de haut niveau. Le Conseil académique exerce la haute surveillance sur le fonctionnement de l’Institut, le Comité scientifique, composé des professeurs de l’Institut et des délégués des Facultés de Fribourg et de Genève, s’occupe des questions purement académiques, alors que le Recteur de l’Institut coordonne le fonctionnement interne des études.

Dans ce sens, le programme d’études de l’Institut suit les modèles universitaires établis. Il comprend des matières obligatoires et des à option, de façon à couvrir aussi les domaines de recherche spécifique des étudiants. Les matières obligatoires, enseignées par les professeurs de l’Institut, comprennent les cours suivants : Théologie dogmatique orthodoxe, Histoire de l’Église, Patristique, Droit canon, Théologie liturgique et Théologie de l’icône. Le programme des matières obligatoires s’étend aussi sur : la Théologie Dogmatique, la Théologie œcuménique et la Patristique, enseignées à la Faculté catholique romaine de Fribourg ; la Théologie biblique, l’Histoire et la Théologie de la Réforme protestante, enseignées à la Faculté de Genève. Les matières à option, déterminées pour chaque année universitaire, comprennent des cours communs destinés à tous les étudiants et les cours selon les préférences de chaque étudiant.

La durée des études supérieures est de quatre semestres. Durant les trois2 premiers, les étudiants suivent principalement les cours obligatoires et ceux à option. Ils participent aussi à des séminaires spéciaux, en y présentant des exposés sur questions de leur choix, et préparent le thème de leur travail scientifique (Mémoire de Master of Arts en études théologiques). Durant le semestre suivant, ils se consacrent surtout à leur recherche pour rédiger leur mémoire sous la direction du professeur compétent. Dès lors, des entretiens réguliers sont prévus chaque semestre pour suivre chaque étudiant et le progrès de sa recherche. Les étudiants viennent des Églises orthodoxes et des autres Églises chrétiennes, et sont choisis selon un quota et des critères académiques stricts. Durant leurs études, ils habitent au Centre orthodoxe en qualité des boursiers de l’Institut, et participent au programme de la vie liturgique et spirituelle du Centre. Le français est la langue officielle de l’Institut et de rédaction des mémoires.

  1. PHIDAS Vlassios, L’Institut d’Études Supérieures en Théologie Orthodoxe dans Centre Orthodoxe du Patriarcat Œcuménique, «Chambésy Genève. 35 ans au service de l’Église et de la Théologie Œcuménique», Epimelia S.A., Athènes 2003, p. 156-161.
  2. Suite au renouvellement, en mai 2012, de la Convention de notre Institut avec l’Université de Fribourg selon les normes académiques de la Déclaration de Bologne, le programme du Master s’étend désormais sur deux années universitaires dont trois semestres sont consacrés aux cours dispensés, et un quatrième à l’élaboration du travail scientifique.