Message de S.S. le Patriarche Œcuménique Bartholomaios pour l’ouverture de la nouvelle année académique – Dies academicus 2017

† BARTHOLOMAIOS
PAR LA GRACE DE DIEU ARCHEVÊQUE DE CONSTANTINOPLE,
NOUVELLE ROME, ET PATRIARCHE ŒCUMÉNIQUE,

Message de sa Sainteté, le Patriarche œcuménique pour l’ouverture de la nouvelle année académique

Votre Éminence, le Métropolite Jérémie de Suisse, exarque d’Europe, frère bien-aimé et concélébrant de notre modicité en l’Esprit-Saint, directeur du Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy, que la grâce et la paix de Dieu soient avec vous.

Notre sainte et grande Église du Christ, votre Mère, la Sainte et Grande en Christ Eglise Mère, qui s’intéresse toujours beaucoup à la formation en Christ et selon le Christ de ses enfants partout dans le monde, et surtout au témoignage et au renforcement de l’importance qu’elle attribue à la recherche et à la pensée théologique, a fondé il y a vingt ans l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe et l’a installé auprès de notre Centre Orthodoxe à Chambésy de Genève. L’Institut fonctionne dans un lieu vénérable et d’importance historique, car, à partir de l’année 1968 pendant laquelle s’est minutieusement déroulée la préparation du Saint et Grand Concile de l’Eglise orthodoxe, des dialogues interorthodoxes, interchrétiens et interreligieux ont eu lieu de même des colloques internationaux furent organisés.

Le développement et l’activité fructueuse de l’Institut sont dus en grande partie au soutien académique des Facultés de Théologie des Universités de Fribourg et de Genève. Nous exprimons la satisfaction et les remerciements du Patriarcat œcuménique aux professeurs présents et aux représentants de ces deux facultés théologiques pour leur contribution à la formation d’étudiants orthodoxes d’études supérieures qui, grâce à la connaissance de deux traditions théologiques occidentales, arrivent à comprendre leur identité théologique.

Nous considérons aussi comme très important le fait que notre Institut fonctionne à Genève, la ville des organisations internationales, de tradition humaniste et de recherches scientifiques pionnières, dans un milieu qui invite la théologie à dialoguer avec le monde moderne, dans lequel nous, les chrétiens orthodoxes, sommes invités à garder notre identité. La théologie, enseignée et cultivée dans notre Institut ne passe pas sous silence les tensions inévitables entre l’anthropologie chrétienne et l’anthropologie sécularisée de la modernité ou de la dite post-modernité, qui, cependant, peuvent fonctionner comme un défi créatif et une occasion pour le témoignage chrétien orthodoxe de nos jours.

Dans ce milieu académique, culturel et spirituel, l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe a non seulement accompli les attentes de ses fondateurs, mais s’est avéré être une pépinière importante de la théologie orthodoxe. Nombreux sont les jeunes théologiens de toutes les Eglises autocéphales qui y ont été formés. Les lauréats de l’Institut rendent service avec motivation à leurs Eglises par des postes de haute responsabilité, comme évêques, prêtres, professeurs d’Université ou cadres d’administration ecclésiale, d’éducation ou de diaconie pastorale. Tous sont connus pour leur fidélité à la tradition orthodoxe, pour leur esprit œcuménique et leur intérêt pour l’homme d’aujourd’hui et ses problèmes cruciaux.

Cette théologie, en tant qu’héritage des Pères emblématiques de l’Eglise exprime l’identité originale de l’Orthodoxie, c’est l’esprit du Phanar. La théologie originale est l’étude, la connaissance et l’interprétation de la vérité vécue dans l’Eglise de façon ininterrompue, inscrite dans la Bible, les œuvres patristiques, les règles et les canons synodaux, la tradition liturgique et l’action du peuple de Dieu, toujours en dialogue avec le contexte historique ayant comme horizon le destin éternel de l’homme en Christ.

La fidélité à la tradition ne signifie pas que l’Eglise et sa théologie se dissocient hors du monde. De même, la préoccupation de l’Eglise pour les péripéties et la quête de l’homme ne mène pas à sa sécularisation, à son rapprochement ou son assimilation au monde. De toute évidence, l’introversion stérile ne constitue pas la compréhension correcte du caractère de l’Eglise, qui n’est pas de ce monde.

La théologie ecclésiale cherche et cultive le dialogue comme lieu et manière du témoignage en Dieu, comme une occasion pour donner la parole à notre espoir. Cette théologie est aussi la base du progrès du dialogue œcuménique. Sans avoir un point de départ théologique juste, aucun effort œcuménique ne peut prospérer, quelque bienveillant qu’on soit. Le minimalisme théologique et l’utopisme œcuménique ne servent, ni la vérité de notre foi, ni celle de l’Eglise.

Pour conclure, nous félicitons une fois de plus tous ceux qui contribuent au bon fonctionnement de l’Institut d’études supérieures en Théologie orthodoxe, en outre nous souhaitons aux diplômés prometteurs de cette année une voie bénie dans leurs études et dans leur service à l’Eglise, et aux nouveaux étudiants sélectionnés d’avoir l’illumination d’en haut et bon progrès et nous prions la grâce vivifiante et la miséricorde infinie de Dieu prosterné en Trinité.

14 Octobre 2017
† Bartholomaios de Constantinople, Cher Frère en Christ